Mise au point des techniques d’inversion des émissions de carbone.

SHENZHEN, Chine, 19 octobre 2021 /PRNewswire/ — L’équipe de Zheng Bo, de l’Institut de l’environnement et de l’écologie de l’École supérieure internationale de Tsinghua Shenzhen (SIGS), a mis au point un nouveau système d’inversion atmosphérique pour déterminer les émissions mondiales de carbone dues aux incendies de forêt à partir des relevés satellitaires du monoxyde de carbone, et a étudié les tendances spatiales et temporelles et les forces motrices des émissions mondiales de CO2 dues aux incendies de forêt entre 2000 et 2019. Leur étude suggère que l’absence d’un déclin rapide et contemporain des émissions mondiales dues aux incendies de forêt en fonction de la superficie brûlée est liée à l’augmentation des émissions dues aux incendies de forêt. Cette étude peut orienter le développement futur d’un cadre mondial de surveillance et d’inversion du bilan carbone basé sur la télédétection par satellite. L’article de recherche du Dr Zheng,  » Increasing forest fire emissions despite the decline in global burned area « , a été publié dans Science Advances le 24 septembre (https://www.science.org/doi/10.1126/sciadv.abh2646).
https://mma.prnewswire.com/media/1662181/image_1.jpg
Les satellites ont détecté un déclin mondial des zones brûlées par le feu sur les prairies, coïncidant avec une légère augmentation sur les forêts au cours des dernières décennies. Bo Zheng et ses collègues ont mis au point un système d’inversion atmosphérique pour montrer que les émissions dues aux incendies à l’échelle mondiale sont restées stables ou ont légèrement diminué malgré la baisse substantielle des superficies brûlées depuis 2000, causée par l’augmentation des émissions dues aux incendies de forêt qui compense la diminution des émissions dues aux incendies de prairies et de brousailles. Les feux de forêt sont des sources de CO2 plus importantes par unité de surface brûlée que les feux de prairie, avec une reprise lente ou incomplète – parfois aucune reprise en raison de la dégradation et de la déforestation. Avec l’expansion des incendies sur les zones forestières, la lenteur de la reprise de l’absorption de CO2 sur les terres forestières brûlées affaiblit la capacité des puits terrestres, ce qui implique que les pressions exercées par les incendies dans le monde sur le climat n’ont pas été atténuées malgré la diminution de la superficie mondiale brûlée.
À propos :
Tsinghua SIGS est un établissement d’enseignement supérieur et de recherche créé conjointement par la prestigieuse université Tsinghua et le gouvernement de Shenzhen. L’Institut de l’environnement et de l’écologie (IEE) est un élément essentiel de la discipline des sciences environnementales de Tsinghua. Orienté vers les besoins fondamentaux d’un développement de haute qualité et basé sur les disciplines internationales de pointe, l’institut s’engage à étudier la théorie de la protection écologique et environnementale, à étudier les technologies clés, à former du personnel de qualité doté de compétences dans le monde entier et à fournir un soutien scientifique et technologique pour la civilisation écologique et la construction d’une communauté avec un avenir commun pour l’humanité.

Source: Belga Agency

Partagez nos articles

Laisser un commentaire

fr_FRFrançais

Restons en contact

Inscrivez-vous à notre Newsletter

  • Recevez les meilleurs infos concernant l’écologie.
  • Restez informé de l’évolution des législations.
  • Profitez en primeur des innovations & promotions
  • ,,,